Information

Merci aux poètes et poétesses d’avoir accepté de partager quelques uns de leurs écrits sur cette page.

Sextine contre l’oubli

Te souviens-tu des jours où tu n’étais pas loin ?
Ton regard sur la vie était comme un message.
Il disait : « Ami vois et sois en le témoin !
Car tout autour de moi, la mer comme un passage,
Fera qu’à l’horizon le ciel n’est plus qu’un point
Vers lequel tu oublies qu’il y a des nuages. »

Quand ton long manteau vert enrobait mes nuages
Et faisait qu’avec eux mon soleil semblait loin,
Les cormorans criaient mais tu n’entendais point
Le vent qui emportait au loin tous leurs messages.
Mais tu sais mon amour, petite fée pas sage,
Tu sais qu’il t’appartient et Dieu m’en est témoin

Alors pour notre union, point besoin de témoins.
Ils sont là bleus ou verts ces fabuleux nuages,
Ils célèbrent pour toi le rite du passage.
Je tends vers toi la main mais tu es déjà loin.
Ton regard n’est pas triste, il m’envoie son message :
« Regarde à l’horizon et si tu vois un point,

Ne rage pas, amour, ne lève pas le poing
De cette haine ouverte en guise de témoin !
Que ton âme en colère oublie tous ces messages,
Car le mensonge altère et noircit mes nuages.
Vois ton cœur et mon âme, elle n’est jamais loin.
Regarde l’horizon, c’est là notre passage ! »

Ô toi qui n’es plus là, je ne serai pas sage !
L’indifférent oubli, je ne pardonne point.
Qu’ils sortent de mon cœur et s’en aillent au loin,
Ces êtres consolés et tous ces faux témoins,
Là je maudis ce ciel. Que le leur s’ennuage !
Et maintenant pour eux, je n’ai plus de message.

Tu traçais sur le sable, un dessin, un message,
La dune autour de toi s’érigeait en passage
Et le ciel et la mer se fondaient en nuages.
Le coquillage rare était entre tes poings.
Tu les gardais fermés, c’est un précieux témoin.
Te souviens-tu ma mie, je n’étais pas très loin.

Quand aujourd’hier encor je relis ton message,
Tu souris; c’est l’invite à refaire le passage
Aux amours éternels entre tous les nuages.


Poème de Emrys
Lien direct du poème

Oasis

C’est un nid enfoncé au creux de la nature,
Cerné de pierres nues, de mille vies subtiles,
Un abri loin des bruits fracassants de la ville
Où les liens se renouent, les amitiés perdurent.
 
Les rires, les saisons, les neiges et les flammes
Se mêlent, se déploient, en sarabande folle.
Les souvenirs, dansant leur douce farandole,
Réconfortent les cœurs, rassérènent les âmes
 
Et nous nous recueillons autour de ce foyer,
Vivifiant nos esprits aux feux de l’amitié,
Oublieux des clameurs ravageuses du monde.
 
Occultant les échos de ces guerres qui grondent,
L’instant dissout les pleurs, offrant de sa chaleur
Une oasis sacrée, un refuge intérieur…


Poème de Esterina
Lien direct du poème

Tu es


la pluie                                   et le vent,


l’ombre                                  et la lumière,


l’aurore                                  et le crépuscule,


le Pot au noir                        et les Quarantièmes rugissants,


le port d’attache                  et les régions éloignées,


l’ici                                         et l’ailleurs


                                       .
                                       .
                                       .
                                       .

une tête sur mon épaule,       


    des paupières papillonnantes,


               ta main brûlante ou glacée sur ma hanche

                                       .
                                       .
                                       .
                                       .

tu es



la paix                                    et la guerre,


la force                                  et la douceur,


les rires                                 et les pleurs,


le toujours là                         et le renouveau,


toi                                            et une autre,


proche                                    et lointaine,


connue                                    et inconnue,




mon passé , 


                         

                     mon présent,




                                               et  mon avenir


Poème de Jped
Lien direct du poème

Une mémoire d’étoiles

l’étoile que tu as aperçue, ce soir, en passant devant le carré de la fenêtre,

que tu as emportée dans ton sommeil comme un voleur,


tu l’as gardée jusqu’au matin, parmi les constellations

qui se sont gravées dans ton imaginaire, ici ou là, au cours du temps


depuis l’étoile polaire de ton enfance  qui, seule pour toi, avait un nom
dans la sphère céleste, escortée de la Petite et de la Grande Ourse,
le Petit et le Grand Chariot chargés de tes espoirs et de tes rêves 

l’ adolescent a détourné son regard des astres pour courir des chemins
à peine tracés, vite délaissés, pour se baigner dans les gaves sauvages


et les lumières de la ville, au temps de l’université, cachaient même le ciel,
fascinantes et décevantes, et annulant  tout ce qui n’ était pas elles


à la Pointe Baham, en Martinique, vous passiez les nuits dehors,
et l’un de vous, géographe, vous entraînait dans d’étonnantes courses
intersidérales qui toujours se poursuivaient, dans vos rêves,
bien au-dessous de la ligne d’horizon , dans les eaux chaudes
des Caraïbes où tu plongeais pour retrouver les étoiles de mer

au pied de la Cordillère des Andes, dans le Norte Chico et le désert,

tu as découvert les grands espaces et retrouvé les nuits peuplées

de tes lucioles, Orion  le chasseur céleste fuyant, blessé, le Scorpion

dont la morsure est fatale, et surtout les 3 étoiles de son baudrier

– « las tres Maria »-  révérées là-bas : elles demeurent seules visibles

quand, à la pleine lune, le corps astral du héros s’est, lui, évanoui

sur la terrasse d’un vieux  riad  à Marrakech, tu as suivi toute une nuit,
dans les arabesques  d’ un  ciel transparent, le récit passionné
d’un astronome , et vous croyiez voir avec lui des caravanes d’étoiles
se déplaçant lentement  le long de leurs routes immémoriales

dans l’île de Sao Tomé, sous l’équateur, aspiré par l’immensité

des cieux et de la mer, englouti dans une  contemplation

presque mystique, tu n’étais plus  qu’un  corps flottant dans l’espace,

parmi les milliards d’objets célestes, assistant, comme les Anciens,

à des siècles de distance, à l’hésitation et à la soudaine volte-face de Mars

qui rompt avec la lente dérive des astres , semble reculer dans le ciel

et plonge l’observateur, aujourd’hui encore, dans une profonde stupéfaction

tu t’enivrais à retrouver, nuit après nuit, l’intégralité de la voute céleste,
depuis ce point central , unique,  où tu étais, et qui permet d’embrasser
la courbe infinie qui court depuis l’Etoile du Sud jusqu’à la Polaire, au nord,
l’une et l’autre perdues dans les lourdes brumes des mers équatoriales,
mais encore plus présentes sous ce voile et dans cet obscurcissement


aujourd’ nuit encore, elles sont là, tes lucioles, au-delà de la fenêtre,

derrière le rideau d’arbres, les collines, et même les nuages et le vent,

au centre et à la surface de toi, dans l’épaisseur de ta mémoire éblouie


Poème de Jped
Lien direct du poème