Les flâneurs de la Côte-Nord

– À mon amie Laurence –


Le vent mélange les arômes d’herbes salées

Et de bouleau blanc, de Baie St-Paul à Tadoussac

La brise roule sur les nuages

Et la terre exhale encore l’aquilon

Qui raille sur les conifères de juin

La lumière enrobe la brume

Et le vent s’enfuit vers la Côte-Nord

Quand le ciel se penche sur le fleuve

Les vagues brodent sur le sable

Et tissent des nuages en dentelles

Les cétacés et les enfants cueillent

Les nénuphars de la vie

Pendant que les vieux cachalots s’échouent

De Tadousac aux Iles Mingan

Puis le vent s’en va à dos de baleine

Dans un éclat de rire impétueux

C’est l’histoire d’une lumière chaude

Descendue avec les bourrasques du nord

Et qui regarde stupéfaite

Le travail du temps

Qui change les cailloux géants

En sculptures colossales

Le cœur abattu mais heureux

Le St-Laurent verse son sang

Dans l’océan tout blanc

Et les Fous de Bassan sont contents

D’avaler le nord par son haleine

Sous le ciel des flâneurs

Qui lambinaient dur

Au sud, à l’Île Bonaventure

Là où le vent

Ne sera toujours

Que la caresse du temps

S’envolant vers la ‘trail à lièvres’

Des Éboulements à Natashquan



Poème de Julien Hoquet
Lien direct du poème

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.