Sauveterre

Chaque vallon appelle sa colline
Un arbuste s’endort en chêne grisonnant
Par la magie d’une lumière oblique

Sur mousse inconfortable de granit parsemée
Je couche mes pensées sans espoir de récolte
Et l’oubli me féconde

J’épicerai ma nuit d’une soupe d’orties
En tête à tête avec l’éternité
Au plus profond d’un monde enfoui
Qui m’accueille en riant

Fragiles secondes
Comme un collier de perles rares
L’opéra se dissout dans la fraicheur de l’aube
Puis le globe me reprend

Une poignée de myrtilles un zeste de soleil
Je vais tel un facteur de nouvelles obscures
Déposer une à une
Mes ambitions passées
Tous ces désirs fantoches
Sur le fil du ruisseau qui vient à ma rencontre


Poème de Minofabbri
Lien direct du poème

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.