L’embouchure

     je me rêve embouchure
d’un de ces grands fleuves amazoniens
qui garde en mémoire son long parcours,
depuis la cordillère et les hauts plateaux,
les páramos froids et brumeux de l’Altiplano,
les yungas vertigineuses aux eaux sauvages,
les terres chaudes enfin,
                         comme une récompense


puis, ma déambulation au coeur de la forêt,
cet autre océan immobile, jadis oublié
à peine troublé par les litanies des insectes,
les ombres muettes des tribus indiennes
et quelques orpailleurs poursuivant un rêve
de poudre d’or, de nuits d’orgies sur la côte

 
                                                 la forêt,
ce grand corps que j’habite et qui m’habite
quand mes crues envahissent les terres,
et auquel je dis enfin adieu, sans retour,
quand mes eaux se perdent dans l’océan,
mais pour renaître à une autre vie
dans les abysses ou sous les alizés,
une vie peuplée d’aventures et d’archipels,
pour un voyage jusqu’à la fin des temps


mais au milieu de ces rêves, de ces délires,
un trouble m’envahit soudain, une brûlure
me parcourt, l’image d’incendies géants
laissant brutalement à nu, sans défense,
la fragile peau  des argiles rouges
exposée aux pluies torrentielles et au vent,
par la faute de hordes d’hommes cupides
et fous, venus des territoires conquis
                         autrefois par les blancs


naît en moi, alors, la terrible crainte que,
comme sur d’autres continents, un jour,
peut-être moins éloigné qu’on ne le croit,
mes eaux se perdront dans les sables
qui auront remplacé notre forêt vierge,
        et elles n’atteindront jamais la mer


mon embouchure ne sera plus, alors,
qu’une immense, stérile gueule ouverte,
poussant son cri silencieux et inutile
vers la Pachamama trahie, bafouée,
humiliée, oubliée,muette, retirée à jamais
au tréfonds de la terre, ou pire encore,
                       au coeur d’un astre mort




Poème de Jped
Lien direct du poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *