Elle était

Elle était comme une île dont rêve tout marin,

Elle était comme un lac profond s’il m’en souvient.

Dans ses yeux je lisais tous les grimoires écrits

Depuis la nuit des temps mais toujours incompris.

Elle était une source où j’aimais m’abreuver,

Pétillante et subtile sans jamais m’enivrer ;

Ses moments de silence étaient comme une paix

Que peu d’hommes vivants n’auront connu jamais.

Elle était comme un astre qui jamais ne s’éteint,

Comme une toile blanche que nul pinceau ne peint,

Mais qui dans sa lumière donne tant de couleurs

Que l’œil abasourdi rit et tremble de peur.

Elle était comme un fruit offert à l’appétit

Que mes dents mastiquaient doucement et sans bruit

Voulant garder longtemps le goût qui dans la bouche,

Mêlant le miel au sang offre le cœur par touches.

Elle était un jardin où tant de fleurs écloses

Offraient tant de senteurs que mes paupières closes

Permettaient à mon nez de pouvoir respirer

Des parfums que jamais je n’ai pu retrouver.

Elle était un soleil brillant de mille feux,

Illuminant mes nuits de rêves bienheureux ;

Le matin me levait tout frais et apaisé

D’une nuit sans histoire sur un corps reposé.

Elle était un matin toujours renouvelé

Offrant un chant nouveau toujours recomposé,

Un refrain qui mêlait repos et insomnies

A nos journées passées comme une symphonie.

Elle était un miroir qui me rendait vivant,

Faisant d’un frêle humain un homme et un amant,

Sa peau dont les saveurs peuplées de phéromones

Mettait mes sens en rut attisant mes hormones.

Elle avait une voix qui vous disait sans dire

Les mots qu’aucun amant ne voudrait interdire,

Des paroles lancées qu’on n’oubliait jamais.

Mais le cœur à l’entendre savait ce qu’elle était.


Poème de PaulMUR
Lien direct du poème

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.