Une hirondelle en hiver

– À A. S. –


Ombre rapide et légère,
Sa discrète silhouette
Ne se fait pas remarquer ;
 
Bénévole au cœur fidèle
Elle peint, coud et crochète,
Brode avec raffinement
 
Confectionne avec talent
Des cadeaux pleins de tendresse
Qu’elle offre anonymement.
 
Hirondelle de l’hiver,
Elle éclaire de ses gestes
Le regard de nos aînés
 
Portant aux âmes en peine
Un peu de chaleur humaine
D’attention et de beauté.

Ne changeons rien

Ne changeons rien, ou changeons tout !

La vie est faite de contrastes ;

Mettons du gui dans notre houx

Et de la houle sur l’asphalte

Oxygénons bien nos cerveaux,

Faisons du tri dans nos programmes,

Mettons du beau dans nos propos,

De la bonté dans nos sillages

Mettons du sens dans notre vie,

De l’amour dans nos paysages,

Des idéaux, de l’empathie,

De l’amitié et du partage

Aimons, vibrons, réagissons,

Sortons des chemins tout tracés ;

Mettons du soleil dans nos jours

Et des étoiles dans nos nuits


Mettons nos talents, nos idées

Dans des projets de qualité ;

Soyons fiers d’aller de l’avant

Pour un avenir inspirant.

Pour Anthony

– À Anthony D. –


Anthony tu es parti, avec pour simple bagage
Tes qualités, ton courage, ta volonté de quitter
Les frontières de la France et le confort de la paix
Pour venir aider ces frères luttant pour leur liberté.
 
Anthony tu es parti, avec l’envie d’ajouter
Ta pierre au bel édifice d’une cause légitime,
Afin de te rendre utile et de te mettre au service
D’un peuple tant éprouvé ; après avoir collecté
Avec zèle, diligence, loyauté et prévoyance
Tous ces produits garantis de prime nécessité.
 
Anthony tu es parti, fort de toute l’expérience
Vécue durant des années, par ces combats dans l’armée
Dans les lieux les plus hostiles, les assauts les plus risqués…
Ton départ et puis après, ces nouvelles relayées
Par les réseaux internet ou les chaînes corrompues
Qui nous abreuvent d’infos chargées de sous-entendus…
 
Anthony tu es parti, et tant de jours ont passé
Sans recevoir de nouvelles qui viennent réconforter
Ceux qui, n’étant pas au front, ont vu les obus tomber,
Les drones noircir le ciel et le phosphore brûler…
Lors quand la guerre a cessé dans ces conditions suspectes,
Si quelques uns sont rentrés, dont ces jeunes à jamais
Marqués jusque dans leur chair et leur âme dévastées,
Des milliers laissent sous terre leurs dépouilles mutilées.
Trop nombreux sont les absents qui manquent à leurs parents,
À leur pays, à leurs frères, à leur femme, leurs enfants.
 
Anthony tu es parti, et ton silence me pèse,
Que pouvaient tes arts martiaux dans ce sordide contexte ?
Je m’imagine le pire sachant ce qui est commis
À nouveau sur cette terre ; tant de civils humiliés,
De soldats estropiés, fusillés, décapités…
Vous les hommes et les femmes que l’on retient prisonniers
Contre toute humanité, quand va-t-on vous libérer ?
 
Résistez, tenez le coup, car nous sommes près de vous
Et si notre cœur est lourd, notre âme espère toujours.

Tu leur diras

Tu leur diras, Rossignol,
Que l’on a plaidé pour eux,
Brandissant nos banderoles
Sur des sites prestigieux
 
Tu leur diras, l’Alouette,
Que l’on a prié pour eux,
Avec la ferveur muette
De qui s’en remet à Dieu
 
Tu leur diras, beau Faucon,
Que l’on a tremblé pour eux,
Quand on a su que l’enfer
Allait s’abattre sur eux
 
Vous leur direz, fiers oiseaux,
Que l’on a souffert pour eux,
Pendant que l’hydre entaillait
Jusqu’à la moelle leurs os,
 
Et dites-leur bien aussi
Que l’on a pleuré pour eux,
Quand nos prétendus amis
Sont restés silencieux.

Le regard de Karen

– Hommage à Karen P. et à toutes les victimes de la cruauté humaine
Qu’elles reposent en paix.


Le regard de Karen s’est agrippé à moi
Regard d’homme traqué
Regard chargé d’effroi
 
Le regard de Karen s’est infiltré en moi
Regard d’homme blessé
Qui ne me quitte pas
 
Le regard de Karen s’est fiché dans mon cœur
Regard d’un innocent
Face à ses agresseurs
 
Le regard de Karen est celui de l’agneau
Qui de même qu’Ilan
A croisé ses bourreaux
 
Le regard de Karen est l’accablante preuve
De l’inhumanité
De tous ces prédateurs
 
Le regard de Karen reflète cet enfer
Que des âmes damnées
Ont lâché sur la Terre
 
Hyènes chargées de haine étalant leur noirceur
Filmant leur lâcheté
Pour comble de l’horreur.