Deux-mille-vingt-deux

Deux-mille-vingt-deux ;

L’on s’attendait à mieux en ce début d’année.

Est-ce la poudre aux yeux, jetée en quantité

Par nos « grands » dirigeants, qui aveugle les gens ?

Où se sont égarées nos valeurs élevées

Inscrites dans le marbre par d’illustres aînés ?

Notre belle devise serait-elle oubliée ?

Et tous nos frontispices seront-ils saccagés

En burinant ces lettres, à la feuille dorées,

Que nos prédécesseurs se sont donné pour nous

La peine de sculpter ?

À présent qui dit mieux ?

Dans cette surenchère de moyens déployés

Comment ne pas comprendre que l’on nous a trompés ;

Et qui va empocher ces profits insensés ?

Un pays qu’on abat, un peuple que l’on nie,

Des milliards dépensés qui sont pure folie…

Où étaient-ils cachés quand certains réclamaient

Juste de quoi manger et vivre dignement,

Ou de quoi travailler avec humanité,

Dans les règles de l’art et le respect des gens ?

Où sont donc ces élus censés nous protéger,

Non de la maladie, mais de lois insensées ;

Et tous ces garde-fous, toutes ces assemblées,

Tous ces conseils de « sages » censés être garants

De l’impartialité des décrets que l’on prend ?

Bon sens et probité, cela n’est plus de mise ;

En les laissant agir si longtemps à leur guise,

Nous leur avons donné les clefs de la nation

Mais, par leur déshonneur, quand viendra le moment,

Ils se verront jugés pour haute trahison.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.