Mes larmes ne suffiront pas


– Ce poème est dédié à Anoush Apétyan, Gayané Abgaryan, Susanna Grigoryan,

ainsi qu’à toutes les victimes de la barbarie azérie… –



Mes larmes ne suffiront pas,

Ni mon dégoût, ni ma colère

Pour empêcher ce qui se joue

Sur cette terre qui m’est chère

Mes larmes ne suffiront pas,

Ni mes lettres, ni mes poèmes

Pour alerter d’autres que moi

Qui, haut placés, pourraient bien faire

Que l’impunité ne soit pas

Permise à tous ces criminels

Se plaçant au-dessus des lois

Mes larmes ne suffiront pas,

Et par moment je désespère

De voir bafoués tous ces Droits

Dont on s’enorgueillit sans cesse ;

Ces valeurs-phares que l’Europe

A prônées pendant des semaines

Quand il s’agissait de l’Ukraine

Et que l’on détourne déjà

Mes larmes ne suffiront pas,

Ni mes appels, ni mes prières,

Même en remuant ciel et terre

Pour que l’horreur ne survint pas,

Puisqu’on ne revient en arrière ;

Le monde est sourd à la détresse

D’un peuple debout qui se bat,

Et semble aveugle à la menace

Qui plane au-dessus de nos têtes

Mes larmes ne suffiront pas,

Et chacun doit être conscient

Que c’est en cédant aux tyrans

Que l’on s’avilit pour de bon ;

Soyons, de toutes les nations,

Déterminés et solidaires,

Soyons loyaux et exemplaires,

Et pour nos amis tenons bon !

Mes larmes ne suffiront pas,

Mais chacun peut à sa manière

Mettre à l’édifice sa pierre ;

En restant droit, libre et tenace

Afin que justice se fasse

Et que la paix ne soit pas vaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.