La machine à broyer 

Nous ne sommes pas des machines
Nous ne sommes pas des robots
Nous ne sommes pas des clones,
Des objets, des numéros ;
Utilisables, manipulables,
Corvéables, interchangeables,
Désactivables puis jetables ;
Des moutons bêlant en troupeaux
Prêts à suivre le « plus savant »
Ou à écouter le « plus beau »,
Sans s’interroger plus avant ;
 
Nous sommes pris dans cet étau
Qui nous broie lentement les os
En plus qu’il nous infantilise,
Nous abêtit, nous paralyse,
Nous lave sans fin le cerveau,
Nous conditionne sans remords,
Pour mieux accepter notre sort
Et applaudir encor plus fort
À l’apparition du « héros »,
Fût-il même notre bourreau !
 
Avons-nous perdu à ce point
La dignité, le sens commun
Qui faisaient de nous des humains ?
Comment avons-nous pu tomber
Aussi bas sans réaliser
Qu’il ne fallait pas se risquer
Aux jeux des apprentis sorciers ?

Se peut-il que vous en doutiez ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.