Au chauffeur de la ligne 7

Au chauffeur de la ligne 7,

Ce vendredi vingt et un août,

Qui rendit plaisant le voyage

Par son humour et son bagout ;

À l’homme aux intentions louables,

Attentionné et charitable,

Prônant la solidarité,

L’entraide entre les voyageurs,

Par une attention plus marquée

Envers ses voisins d’à côté,

En professionnel avisé,

Dans une engageante gageure ;

Si soucieux de son prochain,

Sympathique dans ses propos,

Un mot aimable pour chacun ;

En quelques stations de métro,

Rendant leur sourire aux visages,

Donnant de l’âme à ce trajet,

Il détendit toute une rame

De passagers désabusés

Par l’affligeante indifférence

Que l’on rencontre désormais

Dans nos quotidiens gangrenés

D’une sournoise délinquance ;

Recevant par son bon esprit

Une moisson de sympathie,

Des sourires en avalanche,

De jolis bouquets de « mercis » 

Et l’immense reconnaissance

D’êtres profondément touchés

Par l’étonnante prévenance

Que cet homme leur témoignait.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.