Un jeune garçon veille

– À Arman Balasanyan –


Un jeune garçon veille, assis près d’une stèle,
Dans la marée mouvante de ce champ de drapeaux
Aux couleurs éclatantes, recolorant le ciel
Endeuillé par la perte des enfants du pays ;
Sur cette belle terre où dorment les héros
De la dernière guerre qui meurtrit l’Arménie.
 
Le jeune garçon veille, en gardien solitaire
D’une tombe encor fraîche, calme et déterminé,
En contenant sa peine autant qu’il est possible ;
Si touchant dans la force de sa tendre jeunesse
Et du doux caractère de son être sensible
Durement éprouvé par ce qu’il vient de vivre.
 
Le jeune garçon veille où l’âme se recueille,
Dans ce lieu de prière aux cinq mille cercueils ;
Quand les mots se libèrent de sa gorge nouée,
Dans l’extrême émotion de ce lien préservé,
Il récite un poème adressé à son père
Dont l’image chérie sourit à l’infini.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.