LIBERTATEA

Lourd sera le prix de la paix ;
Des innocents sont massacrés
Les morts se comptent par milliers
Et l’on s’apprête à arroser
Une nouvelle décennie…
À quoi sers-tu, Démocratie,
Si tu te tais ?!

Le monde avance et tremble aussi
À coup de douloureux conflits ;
À Panama, en Colombie,
Au Cambodge comme au Chili,
De Pékin jusqu’en Roumanie,
En Iran et si près d’ici…
Toujours la répression sévit.

Les dictatures ont la peau dure,
D’autant plus que pour réagir
On attend qu’advienne le pire.
Mais à qui profite le crime ?!

À l’Est on démolit le Mur…
Et qui pourrait bien arrêter
Un peuple épris de libertés,
Celles-là mêmes qu’on a fêtées
Aux accents de la Marseillaise,
Avec notre Bicentenaire ?!

Deux cents ans après les succès
De la Révolution Française,
Elle sert toujours de modèle
Aux insurgés du monde entier ;
Quand les persécutés se lèvent
Pour dire : »Assez ! »

Mais l’oppression ne finit pas
Où la révolution s’achève…
Comment résister aux excès
Qui font suite à cette euphorie,
Lorsque tout semble enfin permis
Et que les plus zélés peut-être
Sont ceux qui retournent leur veste ?!

Car après la Victoire
Tout reste à mettre en place
Tout est à décider.
L’ancien régime est aux aguets,
Des éléments incontrôlés
Risquent de déstabiliser
Ces gouvernements provisoires…

Mais qui est préparé
À pouvoir y faire face ?!
Les bonnes volontés
Se lancent dans l’arène
Sans filet.

Et nous qui restons pétrifiés
Devant nos postes de télé,
S’il faut que nos enfants soient fiers
Du patrimoine qu’on leur laisse,
Il est temps de se secouer !
Choisissons d’être acteurs
Plutôt que spectateurs !!!

Il reste encore tant à faire,
Peut-on décemment somnoler
Sous les lauriers de nos ancêtres ?!
Prenons garde pourtant ;
Agir activement
Sous-entend de le faire
Avec discernement…

Soyons mieux informés
Soyons plus impliqués
L’Histoire s’écrit sans répit
Avec les encres de nos vies.

Osons nous exprimer
Sur ces sujets brûlants
Qui ne peuvent laisser
Personne indifférent,

Ayons assez de cran
Pour penser autrement
Et retenir les gestes
Avant qu’ils dégénèrent
Et se tâchent de sang,

Soyons facteurs de paix
Et porteurs de lumière,
Et s’il faut se mouiller
Soyons prêts à le faire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *