Echappée bucolique

Échappée bucolique, 
Loin de tout désherbage,
La Morelle s’invite
Le long d’un vieux grillage
Et nous offre ses baies
Oblongues, délicates,
Légèrement ridées,
En grappes écarlates.

On voit dans les branchages
En partie dénudés,
Prises en flagrant délit
D’intense bavardage,
Des Pies en complet sombre,
Des Corneilles aussi
Et des Pigeons en nombre,
Insensibles au tapage.

Sur le mur qui soustrait
À nos yeux trop curieux
La vue du cimetière,
Grimpe la Vigne vierge.
Ses feuilles vernissées
Rougissent, se détachent,
Révélant la présence
D’un matelas épais
De tiges enchevêtrées,

Où des fruits bleu foncé
Subtilement pruinés,
Aux pédicelles pourpres,
Dévoilent leur attrait
En formant des guirlandes
Plutôt appétissantes ;
Précieux garde-manger
Des oiseaux affamés.

Esprits d’Halloween

La nappe de brouillard,
Dans la nuit descendue,
A recouvert la ville
De son voile ténu.

Les ampoules alignées
Le long de la ruelle,
Diffusent leur lumière
De guirlande électrique
Des plus énigmatiques,
Dans le halo jaunâtre
Venu des lampadaires.

Dans la brume automnale
Mêlée au marécage
De ces teintes grisâtres,
Danse une ribambelle
D’esprits fantomatiques,
Malicieux et rebelles,
Fins prêts pour Halloween.

Il pleut

Il pleut tout doucement
Sur la ville endormie.
Il pleut, tout simplement,
Sans ruisseau qui serpente,
Sans flaque et sans un bruit,

Ni clapotis qui chante,
Ni lumière qui brille,
L’horizon reste gris.

Les feuillages retiennent
Les gouttes, en rangs serrés,
Les trottoirs sont mouillés…

C’est un mardi d’automne
Comme il y en a tant,
Mais celui-là sans doute
Est un peu différent ;

Chaque petite goutte
Pose sa fraîche bouche
Sur ma joue, tendrement.

Carnac

Nos ombres de géants s’allongent au couchant.
Le soleil brille encore sur la lande bretonne,
Cette terre baignée des celtiques légendes
Que des druides peut-être venus de Brocéliande
Ont bénie autrefois. Là où les korrigans
Font des farces et festoient pendant que les gens dorment.

Pays des pierres debout, mégalithes plantés
Dans les ajoncs piquants encore fleuris de jaune,
Les ronces amarantes et les bruyères roses,
Les souples genêts verts, les blondes graminées,
Les fougères roussies par les feux de l’automne,
Majestueux rochers aux étonnantes formes ;

Chauffés par les derniers rayons de la journée,
Étonnamment dressés par de lointains parents,
Tous ces blocs de granit fièrement alignés
Décorés de lichens patinés par le temps,
Colorés de tons doux, gris, verts, ocres ou blancs,
Donnent de la magie à ces lieux habités
Par les esprits venus tout droit de la forêt,
Des sources, de la terre ou bien du firmament.

Le site est entouré de solides murets,
Pierres sèches assemblées à la terre des allées.
Des arbres bordent aussi ces champs particuliers,
L’astre solaire se perd dans leur feuillage sombre
Et le ciel se colore de marbrures orangées.
Sous l’éther enflammé s’avance la pénombre.

Brouillard

Le brouillard s’est installé
Dans la nuit, à pas feutrés,
Et il a tout effacé ;
Le bruit des moteurs, les voix,
La ville, les rues, les toits,
Ce que d’habitude on voit
Quand on ouvre les rideaux.

Mais ce matin tout est gris,
Dans un silence étouffé,
La lumière se diffuse,
Étrange, comme filtrée
Par ces micro-gouttes d’eau.

Près de la porte-fenêtre,
Sur un mètre de rayon,
Je constate cependant
Que tout est resté intact.

Dans les grandes jardinières
Où se détachent les plantes
Qui peu à peu se pigmentent
D’automnales projections,

Ne restent que les oiseaux,
Qui grattent et fouillent la terre
À la recherche de vers,
Attendant des jours plus beaux.