Première neige

La première neige est tombée         
Sous le soleil des lampadaires ;
Pas les quelques petits flocons
Qui voltigeaient le midi même
Mais de gros morceaux de coton,
Comme si le vaste édredon
Des cieux perdait son garnissage
Et se défaisait le tissage
Enveloppant les oreillers
Et les couettes du monde entier,

De la plume jusqu’au duvet,
De la plumette à barbes libres
À la plumule si gracile
De l’eider, du canard, de l’oie
Fondant sur le bout de nos doigts,
En avalanche toute blanche
Hypnotisante et apaisante.

Ils étaient de toutes les tailles,
De toutes les formes possibles ;
Une myriade de cristaux
Assemblés dans la large gamme
Qui va du petit au plus gros,
Dans une tempête très calme
Aux longues envolées gracieuses,
Digne, paisible et silencieuse.

Éclairant son tendre minois,
Le nez collé à la fenêtre
Clémence a exprimé sa joie,
Heureuse d’être de la fête
Et d’admirer le doux ballet
Si féerique de la neige.

Elle a crié son impatience
D’aller dehors en profiter
Comme au temps de sa prime enfance ;
Les larmes coulaient sur sa joue
D’un bonheur qui n’était pas feint.
La neige était au rendez-vous,
C’était plus important que tout !
Elle a tenu jusqu’au matin.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.