Tourbillonnez, les martinets

Tourbillonnez, les martinets,

Tourbillonnez au vent léger,

Zébrez le ciel pur de vos ailes

Vibrez dans l’azur aquarelle

Tourbillonnez, les martinets,

Enchantez nos yeux étonnés

De vos troublantes arabesques ;

Vivez votre vie romanesque

Sans jamais venir vous poser

Tourbillonnez, les martinets ;

Sifflez l’arrivée de l’été

De l’aurore à la nuit tombée,

Et surtout n’oubliez jamais

De revenir me saluer.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.