Tout contre toi

Et là, tout contre toi, j’oublierai les blessures

De la vie qui rudoie, des déceptions qui durent ;

De là, où que l’on soit, je prendrai la mesure

De ton amour pour moi, dans tes bras qui rassurent

Et lors, dans cette ville, parmi tant d’inconnus

Qui se cherchent, se frôlent, se pressent dans la rue,

Je laisserai couler telle une douce pluie

L’énergie de l’amour, essence de la vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.