Belle et bonne

Belle comme l’enfant
Qui sourit à sa mère,
Belle comme une nuit
Empreinte de mystère

Belle comme la pluie
À la fois douce et tiède,
Belle comme un midi
Étourdi de soleil

Belle comme l’été
Qui fait le teint vermeil,
Belle comme un matin
Engourdi de sommeil

Belle comme un refrain
Quand il reprend confiance,
Belle comme un printemps
Qui chante l’espérance

Belle comme un automne
Empourpré, flamboyant,
Bonne comme une pomme
Croquée à belles dents

Belle comme l’hiver
Dans sa blanche lumière,
Belle comme un frisson
D’alizé sur l’eau claire…

La vie est tout cela
Et même davantage,
Elle glisse des doigts
Comme l’eau d’une larme
Sur une joue de femme ;

Je ne peux ni ne dois
La retenir en cage
Dans aucune des pages
Que je noircis pour toi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *