Sortie autorisée

Une heure dans la journée
L’on peut encore goûter
Au plaisir règlementé
De marcher, sans dépasser
Les confins de son quartier…
Pourtant je ne le fais pas.
 
Il fait si bon déjà,
Ça ressemble à l’été.
Un soleil désœuvré
Brille au-dessus des toits…
Mais j’avais oublié
Cette sensation-là.
 
Une pie s’est posée
À un mètre de moi,
La glycine est jolie ;
Il y a du lilas
Déjà fleuri là-bas…
Je ne le savais pas.
 
Dans le stade d’à côté,
Courant sur le vert gazon,
Des jeunes jouent au ballon
Une partie endiablée…
Est-ce donc autorisé ?
Non, je ne le pense pas.
 
Nulle trace dans les nues,
Pas d’autos sur l’avenue ;
Les êtres qui se déplacent
Se protègent sous un masque…
Ne pouvant pas devancer
La fin du confinement,
C’est un rendez-vous manqué
Avec l’allègre printemps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *