Retour aux sources

J’ai scruté toutes les pierres des allées,
J’ai foulé toutes les herbes des fossés,
Dévisagé tous les êtres rencontrés
À la recherche du temps perdu,
D’une enfance aujourd’hui révolue.

Où êtes-vous chères ombres
Vous cachez-vous ?
Mes fantômes succombent
À vos genoux.

Voilà que j’ai huit ans
Et mes yeux s’habituent,
Et mon cœur tout ému
Se souvient de ces lieux
Et de ce que l’absence
A changé peu à peu…

Je vois sans être vue
Ombre parmi des vies
Où je n’existe plus
Pour être un jour partie.

L’un est adolescent
L’autre porte moustaches,
L’une attend un enfant
L’autre a des cheveux blancs
Et moi ? Moi je me cache.

Je ne ressemble plus 
À ce que j’ai été…
Et si malgré cela
On me reconnaissait ?

Raconter ses bonheurs
Ses espoirs, ses regrets,
Raconter ses douleurs
Encore insurmontées,
Qu’est-ce que ça changerait ?

Nous nous sommes croisés,
Nos routes se séparent,
Mais vous êtes à jamais
Vivants dans ma mémoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *