Sapins

Ils avaient embelli
Des maisons, des jardins,
Des entrées, des ronds-points,
D’élégantes vitrines
Décorées avec soin,
Mais Noël est passé…
Au lendemain des fêtes
On les retrouve nus,
Ou bien enveloppés
Dans de grands sacs dorés,
Entassés dans les rues.
 
Ils gisent par dizaines,
Abandonnés sur les trottoirs,
Dépouillés de ces ornements
Qui, hier encor, faisaient leur gloire ;
Toujours verts ou blanchis
De neige artificielle,
Après avoir tant fait rêver
Petits et grands, quand ils veillaient
Sur les cadeaux mis à leurs pieds…
 
Si certains sont toujours debout,
C’est que leurs troncs sont enserrés
Dans des rondins de bois coupés.
Ainsi, on les croirait plantés
Sur le bitume parisien,
Telle une forêt citadine
Privée de terre et de racines ;
Dépourvue de ce doux parfum
Boisé, aux notes de résine,
Qui donne son charme aux sapins.
 
Les épicéas ont perdu
Leurs aiguilles fines et pointues
Et livrent au vent de janvier
Les tristes branches desséchées
De leurs squelettes dénudés.
D’autres résineux sont parqués
Dans des endroits délimités
Par des barrières de métal,
Comme d’étranges prisonniers
Patientant jusqu’au tribunal.
 
Ils attendent là que l’on vienne
Les recycler en engrais vert
Pour qu’ils retournent à la terre
Qui demain reverra pousser
D’autres forêts de conifères
Qui à leur tour seront coupés…
Et la boucle sera bouclée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.